Faiseuse de Fees

Conteuse d'histoires

Nous sommes puissants

Nous sommes Puissants.
Légitimes pour tout ce qui fait nos choix et pour vivre nos Vérités.
Abandonnons, vidons et vomissons nos chagrins humains.
Nous sommes des Êtres Universels.
Accordons nous la grandeur qui est la nôtre.
Et apprenons s'il le faut pour cela, à dénoncer le Maitre...


Mardi dernier, je rencontrais Gabriel... un Universel que canalise une dame bordelaise prénommée Martine.

Gabriel ne se présente jamais de la même façon à chacun et il peut se révéler dur, violent même, tendre, provocateur voire aussi menteur... Il peut utiliser des mots simples ou faire appel à un langage alambiqué...
Peu importe pour lui les moyens; son but est de nous faire réagir pour nous pousser à fonctionner.
Evidement, tout cela je ne vais le découvrir qu'après ;))

Le premier contact est tout de suite pénible... Gabriel utilise un langage que je juge hermétique et moi j'ai soif de simplicité.
Je trouve cela trop cérébral (tiens tiens...) et trop confus (ah oui ?). Une seule information arrive jusqu'à moi sans embûche  :

Je suis un Être puissant mais encore beaucoup trop humaine.
Je suis bien trop sujette aux émotions. Bien trop sujette au doute.

« Ne te prends pas pour l'humaine que tu n'es pas ! » m'a t-il prévenu...

Et moi, au lieu d'accepter ce miroir qu'il me tend, au lieu de prendre sa proposition et d'exiger de lui les mots simples dont j'ai soif, je me rétracte sur moi-même avant d'entamer une formidable régression.

Voilà en effet qu'il me conseille d'écrire. Ecrire ? Mais j'écris depuis plus de 30 ans ! Et quand irritée, je le lui dit, il me répond que je peux bruler mon livre.
Horreur.
Maintenant, il ajoute que je n'aurais pas du mettre fin à la relation avec le père de mon fils - ce buffle aimant qui se conduit en mufle dit-il - aussi insatisfaisante et pénible soit elle.
Tout n'est qu'Amour non ? Et puis, il peut m'être utile aussi... dit-il en souriant tandis qu'en moi sévit une furieuse tempête.

Je suis un Être puissant mais encore beaucoup trop humaine m'a t-il dit... et pourtant, plutôt que d'affirmer Ma vérité et cette puissance à laquelle il m'a invité,  je me révolte.
Je me révolte. Je me justifie.
J'argumente. Je pleurniche presque, débordée que je suis par les émotions.

Jusqu'à ce que je me rende compte que la nature des mots qui sortent de ma bouche - et que je n'ai pas utilisé depuis des années - traduit une totale immaturité émotionnelle et spirituelle.

Oui. Gabriel vient de me faire sortir de mes gonds, mais je ne comprends pas encore et je veux juste fuir.
Comme avant.

Ce qui est étonnant, c'est le ton. Il est tendre dans ses provocations et sa tendresse m'énerve. Marrant ça; c'est vrai qu'avant la tendresse m'énervait. Mais avant c'est quoi ? Et qu'est-ce que je vis là ?

Puis voilà qu'il me dit que pour la première fois, il va devoir se retirer.
Oui, il préfère renoncer à s'adresser à moi puisque manifestement il me met en difficulté. Je ne sais pas que là encore il bluffe. En tous cas, c'est bien la peur de l'abandon, qui me décide à me calmer.
D'accord. Je vais orienter mes questions vers d'autres sujets moins polémiques.

La jumelle dont il me parle - celle qui est comme le Génie de la Lampe  et que je vais pouvoir baptiser - est-ce Elle l'Être que j'appelle mon Être essentiel ?

Et comme il me dit oui, alors je me réveille.
Je lui dis "Je veux l'appeler maintenant et lui donner un nom. Je veux le faire pour qu'elle m'aide à vous écouter."
Et voilà que je lui donne celui d'Eléonor.
Hélaine en OR ?

A partir de là, la communication s'améliore.
Elle s'améliore d'autant plus que je choisi maintenant de reformuler ses mots avec mes mots à moi afin de m'assurer de ma bonne compréhension.
Cependant, il m'énerve encore.
Est-ce qu'il n'est pas en effet en train de me dire que je comprend vite ?
Que je comprends vite alors que je savais déjà tout cela avant de le rencontrer et de faire cette régression...

Trop humaine. Trop réactionnelle. Est-ce que je vais me décider à comprendre ?

Nous parlons maintenant des vérités plurielles - ce diamant taillé aux multiples facettes et je sens un début de Paix en moi.
Pourtant la confusion est là encore.  Ce qu'il me dit auquel j'adhère, ne colle pas avec ce qui a été dit avant.
Vérités plurielles ?

Je ne sais pas encore qu'il m'a manipulé pour me faire vomir ce qui n'est pas moi. Qu'il m'a asséné de fausses vérités pour que je dise Ma vérité.

Je ne sais pas encore que cette régression a été programmée pour que je comprenne que j'ai encore à travailler pour lâcher les restes des vieux shèmes. Pour lâcher les vieux manques. Les vieux chagrins. Les vieux doutes et les vieux manteaux du mental. Les vieilles confusions.

Merci à lui.
Merci à Marie-Hélène Magique.
Merci à Martine et à la générosité.

Le 23 Février 2012